Menu

Sophrologie pour gérer la douleur chronique et la fibromyalgie

L'approche globale de la douleur chronique.

Quest ce que la fibromyalgie?

Le syndrome fibromyalgique est un état clinique complexe caractérisé par des douleurs diffuses qui s’associent à une série d’autres symptômes liés à des phénomènes de sensibilisation centrale avec des déficiences dans les processus centraux de contrôle de la douleur.

Ce syndrome est connu pour la diversité des signes cliniques et symptômes qui sont variables dans le temps et dans l’espace. Les symptômes fréquemment associés à cette douleur diffuse sont une fatigue pouvant être tout aussi, voir plus invalidante que les douleurs, des perturbations du sommeil, un sommeil non réparateur, des paresthésies des extrémités, un œdème ou sensation d’œdème des articulations et des tissus mous des extrémités, des raideurs matinales, une sècheresse oculaire, des troubles cognitifs, une intolérance à l’effort, des vertiges et phénomènes de Raynaud. D’autres syndromes sont fréquemment associés au syndrome defibromyalgie comme l’intestin irritable,la vessie irritable, le syndrome de fatigue chronique. Des jambes sans repos et des céphalées. Les douleurs diffuses peuvent être spontanées, décrites comme des « brulures »,des « bleus », des « courbatures » ou provoquées etprésentes sous forme d’allodynie et hyperalgésie induites par la pression, letact, les postures prolongées et par certains mouvements répétitifs. Cesdouleurs s’accompagnent d’un état de fatigue exacerbé ou d’un réel épuisement.Des arthralgies sont fréquentes notamment au niveau des mains.

La prise en charge thérapeutique doit s’intégrer dans le modèle bio-psycho-social. Dr V.A De Wilde, E. Masquelier

Le modèle bio-psycho-social est une représentation de l’être humain dans laquelle les facteurs biologiques, psychologiques et sociaux sont considérés comme participants simultanément au maintien de la santé ou au développement de la maladie. Le terme« psychologique » réfère ici à des processus cognitifs, émotionnelset comportementaux normaux.

L’évaluation et le traitement accordent une importance particulière aux attitudes, croyances et attentes du patient. La participation active du patient et une éducation informative adéquate est importantes.  Dr A. Berquin

Comprendre le processus:

Lorsque l’on souffre de douleurs chroniques, il y a des déficiences dans les processus centraux de contrôle de la douleur. C’est comme si le détecteur d’incendie (processus de la douleur sensé nous indiquer qu’il ya un problème) était devenu trop sensible et se déclenchait de manière inappropriée. La douleur ne joue  plus son rôle de signal d’alarme, devient chronique et nous entraine dans des cercles vicieux.

Cette représentation permet de visualiser la nature multifactorielle de la douleur chronique. Elle est utilisée comme support pourexpliquer le rôle de l’accumulation des évènements de la vie et l’intérêtd’avoir une approche multimodale. Et aussi de l’importance de l’implication dupatient dans le traitement pour le motiver à changer et  à mettre en place un cercle vertueux demieux-être.

La théorie de la portede Melzack et Wall.

Il existe des sortes de portillons au niveau des jonctions nerveuses de la moëlle épinière et des centres de la douleur dans le cerveau. En fonction de leur degré d’ouverture / fermeture,la douleur passe plus ou moins. Des sensations non douloureuses ont un effet inhibiteur sur la douleur.

La porte s’ouvre sous l’influence des messages activateurs et se ferme sous l’influence des messages inhibiteurs (rôle de la sérotonine et des endorphines).

Ce  qui ouvre la porte et intensifie la douleur: Mauvais  rythme dans activités, Position  prolongée, Fatigue  / insomnie, Mauvaise  forme physique, Mauvais  moral /dépression, Énervement, stress  / inquiétude

Accompagnement thérapeutique et développement de stratégies pour mieux gérer les douleurs

Ouvrir les portes

La stratégie de gestion de la douleur va intégrer que nous pouvons agir sur tous ces points modulateurs : la relaxation et le Pacing (gestion des rythmes), les mouvements doux et adaptés et l’écoute de son corps, une gestion saine de ses émotions et le maintien d’un bon moral,un travail sur nos pensées, croyances et valeursde vies afin de sortir du cercle vicieux et retrouver une qualité de vie.

La place de la sophrologie dans le parcours de soin de la douleur chronique

L’apport de la sophrologie dynamique® dans le parcours de soin de la douleur chronique est utile pour toute personne désireuse de s’équiper d’un  outil qui développe nos intelligences sensorielle, émotionnelle, rationnelle et intuitive. Une pratique  pour prendre conscience de soi dans toutesses dimensions et qui agit sur la globalité de notre être. L’objectif de cettepratique est de retrouver un fonctionnement harmonieux de notre organisme quise fait dans le respect de la pulsion de la vie, en équilibre entre tension et détente.

La sophrologie intègre dans sa pratique des exercices de relaxation, des mouvements corporels,des exercices de respiration fait en conscience des exercices d’imageriementale et d’autohypnose, de gestion émotionnelle et de méditation de pleineconscience.

 

Le rôle du sophrologue est d’écouter et d’accueillir les difficultés et les souffrances des personnes. De les accompagner pour les aspects plus émotionnels ainsi que d’apporter des éclairages et des conseils. D’introduire les notions d’acceptation de la douleur et de la souffrance tout en étant acteur de leur revalidation.

Apprendre et encourager la bonne attitude. « vous êtes un funambule, dans cet équilibre délicat entre « j’en fais de moins en moins car j’ai mal et suis fatigué », ce qui engendre un appauvrissement de la vie, plus de douleurs et une perte de sens par le renoncement à trop de choses importantes pour soi. Un équilibre donc avec de l’autre côté, la surcharge de faire trop de choses sans écouter  son corps et ses limites, ce qui engendre des douleurs. Il y a donc des renoncements, des pertes à accepter avant de s’engager vers des choses importantes pour vous qui vous nourrissent dans un sentiment de « se sentir utile ». 

Les bénéfices de la pratique sophrologique en groupe.

La séance hebdomadaire de sophrologie en groupe est un moment qui balise le chemin du changement vers un mieux-être. Passé lemoment du départ où nous nous apprivoisons, s’installe peu à peu une confiance.C’est un  moment et  un espace qui nous invite à nous retrouver ensemble, nous encourager à cheminer dans la même direction. Nous faisons alliance et le fait d’être entièrementaccueillit comme nous sommes dans une relation privilégié d’empathie crée uncadre sécurisant et encouragent.

Dans cette rencontre chacun est invité à se prendre en mains et à être acteur de son mieux-être : « je voulais pas venir ce matin, j’étais pas bien mais je viens car je sais que cela va me faire dubien. ». Ce sont autant de petits pas vers la responsabilité que nousavons de façonner notre mieux-être.

Peu à peu, les changements s’opèrent, les participantes soulignent les petits changements positifs, échangent les ressources qu’elles ont utilisées, étoffant une conversation qui se tourne deplus en plus vers ce qui va mieux dans leur vie, révélant ainsi l’intégrationdes fondamentaux de la sophrologie, mettre en avant ce que la vie nous apportede bon, d’intéressant, de savoureux à vivre.